LES LETTRES A NINI, la mort n’est jamais bien loin, épisode 9

Ma tendre Lucie

Le temps me pèse toujours autant loin de toi, mon esprit libéré de toutes idées de mort est maintenant tout à toi. Il me vient des idées ma bonne,qui te feraient certainement rougir. Je pense que je vais bientôt obtenir le précieux sésame qui me permettra de te montrer ma fougue. En attendant sache que je suis tout à toi et que je t’aime. A la fin de la guerre je pourrais aisément postuler pour un poste de cantonnier je suis devenu expert en maniement des gravats.

Le temps est revenu au beau et la fraîcheur apportée par la rivière Somme nous ravit, lorsque nous allons y faire boire les chevaux il nous arrive de nous y tremper. Il faudrait que tu vois tout ces culs blancs pataugeant comme des demoiselles. Loin des dangers ils nous arrivent maintenant de rigoler.

Je vais te laisser maintenant , je t’embrasse partout même sur les parties les moins avouables, embrasse bien les enfants et mon frère Emile.

Ton époux Daniel.

Parfois la dure réalité des combats nous rejoint, alors que nous étions à la gare de Maricourt pour décharger des wagons de cailloux , le grondement caractéristique des canons se fit entendre , puis un sifflement et enfin une déflagration. Nom de dieu c’était pour nous, les teutons s’étaient ils trompés, mais non cela continuait de plus belle, leur service de renseignement avait il confondu des pierre avec des munitions.

Nous nous sommes jetés au sol et moi j’ai trouvé un refuge précaire dans un fossé, malheureusement les copains Blot et Plantecoste ont morflé, démantibulés, écartelés , éventrés les pauvres pépères, il y a eu aussi deux blessé graves et pour eux la guerre était finie aussi.

On évacue tout cela, mais c’est un peu le rappel que nous ne sommes pas des cantonniers ordinaires et que le front n’est pas si loin.

Notre chef le capitaine Larrue est nommé chevalier de la légion d’honneur, nous lui faisons un piquet d’honneur pour la remise de sa breloque.

Sinon quoi dire, nous avons un nouveau médecin pour le régiment , il s’appelle Erny drôle de nom pour un toubib.

Nous voilà maintenant cantonnés à Framerville dans la Somme, nous entamons une nouvelle année, puisse Dieu faire que cela soit la dernière .

Fin du mois de janvier ma compagnie est dissoute et on va nous éparpiller dans les autres compagnies. Cela me pince un peu car j’aimais bien certains copains, sinon pour sur le boulot va être le même.

Moi pour ma part je reste avec le capitaine Larrue en passant à la 6ème compagnie du 2ème bataillon.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s