DANS L’INTIMITÉ D’UNE JEUNE VEUVE : Épisode 2, promenade dans un inventaire

 

 

 

Sa vie parisienne est maintenant loin derrière elle, les rues tortueuses et la paroisse de Saint Germain l’Auxerois où elle s’est mariée avec son beau militaire fait parti d’un lointain passé. Elle y pense quelques fois, heureuses années de leur jeunesse, ou Jean Baptiste pensait avoir un bâton de maréchal dans sa besace. Victorieux de l’Europe, Jean Baptiste Serais l’était aussi de la vie. Jusqu’à l’année funeste ou le petit Caporal trop gourmand pénétra en Espagne. L’empereur y perdit son aura d’invincibilité et le capitaine Serais sa santé. Il fut mis à la retraite en octobre 1808, obtint une petite pension et un poste d’inspecteur des eaux à Anet en Eure et Loir.

Avec le petit pécule qu’il avait accumulé au cours de ses campagnes et de la bonne gestion de son épouse il louait une petite maison rue des halles dans le centre bourg . Sans être un château, l’ensemble était cossu et le bonheur y régnait, l’enfant du couple s’y épanouissait et Françoise y donnait quelques leçons particulières pour arrondir les fins de mois.

Maintenant que son mari avait été foudroyé par une attaque d’apoplexie, elle se sentait étrangère au monde, abattue, fatiguée. Afin que son fils puisse hériter elle l’avait fait émanciper, administrativement il ne restait plus qu’à faire l’inventaire de l’ensemble des biens mobiliers et personnels du couple. Après, ce serait une autre vie.

La maison est silencieuse, Françoise assise dans la cuisine où n’entre qu’une faible lueur blafarde, attend maître François Honoré Nugues notaire Royale afin de procéder à l’inventaire. Ce notaire de ses connaissances est un personnage dans le bourg, âgé de 62 ans il promène sa silhouette dans tout le canton, connu et reconnu,  du plus pauvres aux plus riches tous ont recours à ses services pour tous les actes de la vie.

Grand, élancé, les cheveux gris, un peu voûté, il exhale un charme tranquille, savamment entretenu par son apparence soignée.

Rigoureusement à l’heure il toque à l’huis de la porte arrachant Françoise à sa semi torpeur.

Maître Nugues est accompagné de Madame Marie Michel Lebreton femme Cadouel, cette dernière ancienne fripière a été mandatée par les parties prenantes pour effectuer la prisée et l’estimation. Elle sert d’experte et a prêté serment .

Françoise ne la connait que de loin et ne veux  point la connaître de près, cette espèce de brocaillouze ne lui inspire que répulsion mais enfin elle n’a pas le choix. La mère Cadouel comme on l’appelle dans le village est une imposante matrone, aussi large que haute, à la langue acérée. Sa tenue est douteuse, et ses ongles en deuil, fardée comme une catin du palais royal afin de masquer la crasse, elle exhale une forte odeur de sueur. Françoise répond au bonjour du notaire mais est à la limite de l’incorrection face à la mégère qui allait triturer ses affaires et évaluer ses biens.

Pour effectuer la prisée il manque les deux témoins requis par l’huissier du notaire. Ils arrivent en même temps et saluent révérencieusement le notaire et la veuve du Capitaine.

Jean Julien Aulet âgé de 44 ans est marchand tanneur, à Anet, personnage respecté il emploie bon nombre d’ouvriers et fait donc vivre de nombreuses familles. Il faisait parti du cercle d’amis de feu Jean Baptiste Serais et venait fréquemment rue des halles. Louis Vacher est aubergiste, Françoise ne le connait que de vue car une femme de sa condition ne fréquente évidemment point les auberges.

La propriétaire des lieux, le notaire, son greffier, l’experte et les deux témoins décident de commencer par la cuisine.

Ils prennent le corridor et pénètrent dans la pièce. Deux fenêtres laissent entrer le soleil rendant le lieu moins austère et plus agréable, la cheminée élément principal de l’endroit trône face à eux.

Cette pièce n’est pas la préférée de Françoise mais plutôt celle de la petite paysanne qui leur sert de bonne à tout faire. La cuisine, le bois dans les cheminées , la vidange des pots de chambre et le ménage ne sont point des occupations dignes d’elle. Certes parfois elle les effectue mais pour une somme dérisoire ces taches peuvent être réalisées par quelques filles de viles conditions, alors pourquoi s’en priver.

Dans la cheminée se trouve  les objets usuels, pelle , pincette, garde cendre, un soufflet et un petit fourneau économique en taule. Une grille en fil de fer complète l’ensemble.

Sur la tablette de la cheminée trône une saulnière *, le sel restant ainsi à la chaleur ne prend pas l’humidité, juste à coté la servante y conserve un égrugeoir * en bois.

Les flambeaux et une lanterne attendent leur office du soir, la servante les allume et les amène aux maîtres avant de repartir chez elle. Deux fers à repasser prêt à être chauffés s’y trouvent également. Françoise ne sait pas repasser mais est fort exigeante sur le sujet, houspillant sans vergogne la pauvrette au moindre pli.

L’ensemble de ces objets que l’on trouve dans toutes les maisons ne fut évalué que 7 franc 50.

Juste à coté des ustensiles de cuisine sans la moindre valeur.

Sur levier * encore des ustensiles, plusieurs terrines, une huguenotte *, un pot à eau, et une passoire.

Françoise est émue de trouver le plat à barbe de son mari, feu le capitaine se rasait tout seul, mais quelques fois par jeux lorsqu’ils étaient seul dans la maison, elle faisait office de barbier. En minaudant, elle l’excitait , l’agaçait de ses parfums et de ses froufrous, le rasage se terminait souvent par un troussage de cotillons. Elle en fut vexée lorsque la fripière soupesant l’objet affirma qu’il ne valait rien. Pour Françoise tous les biens familiers de son mari étaient précieux.

Au dessus de la dalle * se trouvent des étagères où est rangée la vaisselle du couple, il recevaient souvent et tenaient à avoir la tête haute. Point riches mais tout de même au dessus du commun, Françoise était fière de son capitaine devenu inspecteur des eaux. Mr feu Serais qui avait fréquenté et bivouaqué dans toute l’Europe au milieu de ses soldats était assurément moins bégueule que sa bourgeoise de femme qui aux yeux de tout le bourg d’Anet pétait plus haut que son cul.

Hors donc, une 40 d’assiettes, des soupières, des tasses à lait, des tasses à café, des soucoupes, un sucrier.

Françoise raffole de café et joue les précieuses en en offrant à ses convives. Mme Lebreton n’est guère impressionnée, l’ensemble n’est que de faïence commune.

Le tout est complété par un porte huilier et deux salières et évidemment de deux cafetières.

L’experte, comme mandatée  note tout scrupuleusement, les plats , les saladiers, les terrines , les bouteilles en verre, les cuillères à bouche en étain et les18 fourchettes en fer.

Françoise a le rouge qui lui monte au visage, tout de même, des couverts en ferraille et en étain cela fleure bon le peuple. Personne ne relève à par peut être le notaire qui esquisse un léger sourire.

Françoise maudit son mari de ne pas avoir investi dans de l’argenterie.

Remisé dans un coin, un panier d’osier qui sert à la bonne, des sacs à grains et un mauvais parapluie .

Comme simple mobilier, une table pliante, 2 chaises paillées fort communes d’artisanat local.

Puis autre coup au cœur le miroir de toilette en bois blanc peint en rouge où elle aimait souffler de la vapeur lorsque son homme se faisait beau.

La fripière s’apprête à quitter la pièce lorsqu’ elle aperçoit un tour de tourneur et tout son matériel.

Françoise signale que son fils l’a acheté au sieur Denis Buffet après la mort de son père et qu’il ne fait donc point parti de l’héritage, le greffier note pour mémoire et ils quittent la pièce.

Saulnière : coffre ou boite à sel, s’écrit aussi saunière.

Egrugeoire : Mortier ou moulin pour broyer le sel ou le poivre, verbe égruger

Levier : Orthographié ainsi dans l’acte d’inventaire, voir évidemment l’évier ou évier

Dalle : Autre nom de l’évier.

Huguenotte : Récipient avec couvercle sans aération que l’on place au fond d’une marmite. Elle servait au calviniste qui cachait leur viande au moment du carême qu’ils ne respectaient pas . L’absence d’odeur à la cuisson leur faisaient échapper à l’ire des dragons du bon roi Louis.

S’écrit aussi avec un seul t .

A l’évidence Françoise n’est pas riche mais l’on peut déjà voir émergence d’un grand nombre d’objets manufacturés et spécifiques que l’on ne retrouve pas dans un intérieur paysan.

Tasses à café, à lait, cafetière, sucrier, importante vaisselle, plat à barbe, miroir dans la cuisine. Pour comparer voir mon article sur l’inventaire d’un foyer de manouvrier .

Retrouver le premier épisode avec ce lien :

https://larbredeviedepascal.com/2019/01/22/dans-lintimite-dune-jeune-veuve-episode-1-le-conseil-de-famille/

3 réflexions au sujet de « DANS L’INTIMITÉ D’UNE JEUNE VEUVE : Épisode 2, promenade dans un inventaire »

  1. Ping : DANS L’INTIMITÉ D’UNE JEUNE VEUVE, Épisode 3, un intérieur bourgeois | Arbre de vie

  2. Ping : DANS L’INTIMITÉ D’UNE BOURGEOISE, Épisode 4, Le lieu de l’amour et du repos | Arbre de vie

  3. Ping : DANS L’INTIMITÉ D’UNE JEUNE VEUVE, Épisode 5, Les lieux de vie . | Arbre de vie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s