LE SEXE EN NOS CAMPAGNES, SUITE ET FIN

Après avoir étudié les interdits, voyons un peu ce qui pouvait se passer dans les alcôves, les tas de paille ou les pâtis.

Les périodes

Tout d’abord étudions les périodes ou nos paysans sans encourir les foudres pouvaient faire l’amour.

Au départ l’église fut très stricte et nos pauvres ancêtres ne pouvaient faire l’amour pendant les jours saints, à savoir, l’avent, carême, pâques, rameau, dimanche, etc et évidement les périodes d’impureté de la femme, menstruations, , allaitement, en gros quand la femme n’était pas enceinte vous pouviez faire l’amour une centaine de jours par an. Heureusement, peu à peu l’église fut contrainte d’assouplir ses commandements, car à vouloir interdire on produit l’effet inverse, ouf.

Les positions

Pour ce qui était des positions, c’était fort simple la femme devait être passive et ne point chevaucher. Cette position fort néfaste rendait folle la femme et était mauvaise pour la procréation, eh oui le sperme redescendait.

Faire l’amour debout altérait aux dires des médecins, gravement la santé

On conseillait aux hommes qui voulaient tempérer l’ardeur de leur femme de la prendre sur le coté ( la fameuse cuillère ).

La position pore canino ou levrette était considérée comme bestiale et humiliante pour la femme et mal vue de l église.

Mais la femme qui ne portait pas de sous vêtements pouvait facilement retrousser cotillons et s’offrir en cette position , dans nos chaudes étables ou nos odorantes meules de foin.  je suis sur que cette pose qui même si elle rappelle les étreintes animales devait quand même être fort utilisée.

Les médecins par contre trouvait en cette position quelques avantages, la matrice plus basse que l’organe reproducteur de l’homme, le sperme pouvait plus facilement l’atteindre.

De plus si la femme avait un ventre en  » pointe  » ou si l’homme était trop gros, la position pouvait se révéler judicieuse.

Il m’est d’avis que les paysans voyant plus les curés que les médecins, l’influence penchait certainement en la balance de nos saints hommes qui en terme de sexualité devaient en connaître un rayon.

Il restait donc la position du missionnaire qui de toute façon s’accordait le mieux au manque d’intimité de nos ancêtres et qui répondait aux exigences des hommes de foi et des hommes du serment d’Hippocrate.

Bon qu’on se rassure toutes les positions étaient connues et représentées et sûrement pratiquées, mais la norme était le missionnaire .

Quand

Nos doctes médecins préconisaient de faire l’amour le matin au réveil, frais et disponible, l’estomac libéré, par contre mesdames vous deviez rester au lit bien allongée pour que vous ne perdiez pas cette précieuse semence et qu’elle puisse vous faire de jolis marmots. Je ne sais pas si nos ancêtres écoutaient ces préceptes et si ils étaient transmis de génération en génération mais en tous cas nos savants y croyaient fermement.

Évidemment nos ancêtres devaient tenter de déjouer le manque d’intimité et gageons que chaque moment ou le couple se retrouvait seul était  propice à un rapprochement coquin.

Nudité

 Si au moyen age nos ancêtres dormaient nus,ils s’étaient rhabillés pour les périodes suivantes.

Il semblerait que nos paysans ne se dévoilaient guère, ils gardaient leur chemise, ils étaient plus troussage qu’effeuillage.

Jouissance

Si la jouissance de l’homme semble une évidence en était il de même pour la femme.

Tout bien considérer cette dernière a bénéficié de bonnes périodes et de très mauvaises.

On a longtemps cru que pour pouvoir procréer la femme devait parvenir à la jouissance, tout allait donc pour le mieux.

Les médecins et les curé préconisaient donc de faire jouir les femmes.

Mais une découverte médicale vint changer la donne. Des doctes savants découvrirent donc  l’ovulation, c’en était fini, nul n’avait besoin de se soucier de la jouissance de sa compagne. Cette trouvaille ajoutée à la pudibonderie bourgeoise Louis Philiparde fit que les mentalités changèrent et que nos paysans se préoccupèrent moins de leur compagne.

La sexualité de la femme eut beaucoup de mal à se remettre de cette découverte et jusqu’à une période récente l’homme ne s’en préoccupait guère.

Hors donc nos paysans frustres en  beaucoup de points de vue connaissaient l’existence du plaisir féminin et savait fort bien à quoi servait le clitoris que l’on nommait barbideau.

Pour terminer évoquons quelques recommandations médicales :

On pouvait  caresser une femme mais sans y mettre trop de volupté, sic !

La danse était préconisée car les femmes en s’agitant perdaient une partie de leur  » excrémens  »et la chaleur provoquée par la danse desséchait les parties souvent trop humides de la femme ce qui nuisait à la génération. ( vous voilà prévenue ).

Je ne traiterai pas du viol, mais il faut quand même savoir que celui ci était plus considéré comme un préjudice moral qu’un préjudice physique. Rappelons qu’en France le viol n’est puni que depuis 1810 et qu’il est devenu un crime qu’en 1980.

Pour en finir avec le sujet et si vous voulez approfondir :

Amour et sexualité en occident (collectif )

 » Secret d’alcôve  » de Laure Adler

 » Les amours paysannes  » de Jean Louis Flandrin

 » Ethnologie de la chambre à coucher  » de Pascal Dibie

 » Histoire des populations françaises   »de Philippe Ariès

 » Tableau de l’amour conjugal  » par Nicolas Venette

Une réflexion au sujet de « LE SEXE EN NOS CAMPAGNES, SUITE ET FIN »

  1. pour donner une précision quant à la tenue de nuit, dans certaines régions, les dames portaient une chemise fendue dont l’ouverture donnait accès à leur intimité

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s