UN AVORTEMENT VIOLENT Épisode 3, les conséquences

C’est son mari qui déclara le décès le lendemain en compagnie d’un ami marchand drapier monsieur Marchand.

On enterra rapidement la malheureuse, la belle famille, le mari, les parents, les frères et sœurs, tous se réunirent au petit cimetière.

Harmonie d’apparence, Pierre Sivadier le père se répand en invectives et en sous entendus. Le village commence à s’enflammer, les uns traitent le vieux Pierre de menteur, et d’autres traitent les Bourdin d’assassin.

Le maire monsieur Petit se fâche et encourage Pierre Sivadier à porter l’affaire devant la justice.

C’est ce qu’il se décide de faire dès le 26 juin 1830. Tout va alors très vite, les protagonistes de l’affaire sont interrogés à la mairie de Saint Sauveur par le juge de paix du canton de Courçon .

Bourdin reconnaît qu’il a sous les recommandations de sa mère porté des coups au ventre de sa femme afin de provoquer un avortement.

Reste à déterminer au juge d’instruction de La Rochelle si les coups sont bien responsables de la mort de Marguerite.

Il ordonne une autopsie et le 30 juin 1830 à quatre heures du matin, le corps de la défunte est exhumé.

 Les docteurs Junin et Viviel et Potet  pratiquent l’examen en présence du procureur du roi et de son greffier.

Le maire est là avec les fossoyeurs, il fait déjà chaud, le jour se lève rapidement et bientôt la population partira aux champs. Il faut faire vite avant que la population se rende compte des faits et ne s’attroupe.

Cela ne fait pas longtemps que le corps repose en cette terre d’Aunis mais la décomposition du corps est fortement avancée, Marguerite put la charogne et lorsque les employés font sauter les planches de pin brut de la bière, une pestilence envahie le champ des morts.

D’aspect on peut certes la reconnaître mais les beaux habits dont on la revêtue le jour de sa mort, collent déjà à la peau, il faut sacrilège, les découper.

La pauvre mère de famille apparaît dans sa nudité à la lumière naissante de ce jour magnifique d’été. L’odeur et effroyable, la maire couvre son visage d’un mouchoir, les chirurgiens ne bronchent pas et ne font même pas mine d’être gênés. Les fossoyeurs goguenards en vieille, habitués se moquent du maire et du greffier qui lui manquent carrément de défaillir.

D’un coup de scalpel Junin ouvre le ventre de Marguerite, du sternum au pubis, il écarte, il soulève, il commente, il soupèse, il peste. La décomposition est déjà trop avancée on ne voit rien, aucun signe n’est probant. Les deux hommes de la science s’interrogent et conviennent que les organes génitaux sont recouverts d’une couche d’albumine purulente. Marguerite souffrait d’une affection chronique des organes de l’abdomen. Non vraiment difficile à savoir si les coups de Bourdin on finit par tuer la mère après avoir supprimé l’enfant.

On inhume de nouveau la fille Sivadier femme Bourdin.

Le soir Jacques Bourdin et sa mère sont arrêtés par les gendarmes de Nuaillé, puis conduits à la maison d’arrêt de La Rochelle.

Tout va très vite maintenant, ce sera les assises pour Jacques Bourdin le 8 novembre 1830 il sera condamné à deux ans de prison et à 16 francs d’amende. Quand à la mère qui avait sans doute incité son fils à ce geste elle ne fut pas condamnée.

La peine est légère mais l’homicide est involontaire et puis ce n’est qu’une femme.

A sa sortie de prison Jacques Bourdin prendra de nouveau femme au village.

Geneviève Renaud lui dit oui devant monsieur le maire le 09 septembre 1834.

L’histoire ne dit pas si Jacques donna des coups de poing dans le ventre de sa nouvelle femme, mais en 1839 ils eurent une fille qu’ils prénommèrent Magdeleine.

 

3 réflexions au sujet de « UN AVORTEMENT VIOLENT Épisode 3, les conséquences »

  1. La femme n’était pas l’égale de l’homme ,elle en était loin.elle ne servait qu’à faire des enfants !!! De plus le « catholicisme « lui interdisait de se refuser à son mari .Comment se.defendre entre la barbarie des hommes et les curés ?? Cruelle époque !!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s