LA COMPLAINTE DU CIMETIÈRE

 

Éloigné des vivants, salubrité oblige, un lieu clos sert de champs de repos.

Ceint de hauts murs, sourd aux bruits de la vie, terre de sommeil, où dorment nos êtres aimés.

Barrière close, frontière des vivants et des morts d’où simplement émergent la cime de quelques cyprès en majesté.

Fermé aux regards, mort sale et honteuse que seuls quelques insolents mausolées osent par leur haut toit troubler.

Pour y pénétrer, une simple grille ouvragée vêtue de noire, grinçant lorsqu’on la pousse, elle avertie de notre visite par sa simple mélopée.

Certains se redressent, d’autres sourient, les visites sont rares en cette fin d’après midi

Le long du mur, un robinet pleure , des chrysanthèmes aux pots cassés achèvent leur brève vie.

Sur un coté une triste bâtisse, où pourrit une carriole en bois, corbillard tracté, inutile et dépassé.

Au sol un tapis de cailloux d’où émergent des herbes folles, nos pas nuisent au silence, faisons nous léger et ne troublons pas leur quiétude.

Nos voix se font maintenant chuchotement, étrange comportement , craignons nous de les réveiller en leur sieste éternelle ?

Les tombes semblent alignées par Monsieur d’Oignon, perspective plane et linéaire.

Architecture divers au goût et au coût de chacun, pierre de marbre gris, terre à peine tassée ou présomptueuse chapelle, tout rappelle la place de chacun.

Pauvre dans la vie,  tu le restes dans la mort, mais la transformation en poussière reste la même, journalier ou puissant se rejoignent dans la durée de leur disparition charnelle .

Entretenues ou non, fleuries ou pas, simples ou majestueuses elles témoignent d’un passage, avertissement futur, notre tour viendra.

Certaines belles se gardent du temps, d’autres vieilles filles flétries, s’écroulent ou se tassent. Des noms et des dates perdurent, d’autres effacées par le temps qui passent entrent en anonymat.

A droite, elle fut bonne mère et bonne épouse, à gauche celui qui fut héroïque sourit benoîtement dans son uniforme, mort à vingt ans dans la glaise de la Marne.

Un autre semble se réjouir  de rejoindre son petit frère, laissant pour des années un couple éploré.

Plus loin un couple de vieillards que la mort a réuni depuis bien longtemps, les plaques sont cassés et la croix est brisée.

Certaines portent la marque d’une passion, moto, rock star, chien, scènes de pêche ou de chasse sont gravées en guise d’amour et d’amitié.

Celle-ci est solennelle, Monsieur a fait  » polytechnique  », sur l’autre,  voisine en considération, un maire  « a fini ici sa vie ».

Les passants s’en moquent pitoyable considération j’irai cracher sur vos tombes

A coté un petit enclos de fer forgé, d’où point une ancienne peinture blanche, » à mon fils chéri, trop tôt disparu ».

Des limbes montent encore parfois de ce coin des enfants, poursuivons plus avant.

Un peu à l’écart, une grande demeure à l’enseigne sculptée, famille Untel, la porte maintenant disparue laisse entrer les éléments, une belle femme figée en son habit des années folles vous sourit. Mais la richesse n’efface pas l’oubli, sépulcre de mauvaise pierre ou noble de Crazanne les années détruisent ce qui fut construit.

D’un beau marbre rose, couverte d’un champ de fleurs, celle ci est neuve, des larmes marquent encore la poussière grise déposée par le vent.

Et puis dans un coin, un champs de ruine, Pompéi de notre campagne, une fosse commune de pierres tombales, brisées, cassées, effacées, mousseuses elles entrent dans l’oubli bientôt réduites en poussière et rejoignant dans une dissolution commune les corps qu’elles ont autrefois abrités.

Ma visite se termine, des grolles et les conifères m’accompagnent dans un dernier chant , je sors un instant mais j’y reviendrai, toi derrière et moi devant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s