LES CAHIERS DE FRANÇOIS HÉRY

 

En vente sur des brocantes ou sur des sites en ligne, divers documents font surface. Toujours à la recherche d’une bonne histoire à conter j’ai acquis chez un de ses marchands 3 petits cahiers.

Quelques jours plus tard j’ouvrais fébrilement mon courrier et j’en découvrais le contenu.

3 cahiers d’écoliers couverts d’une belle écriture, sur les couverture un tampon portant la mention Gepruft Stalag IV D.

J’étais en présence de cahiers écrits par un prisonnier Français, interné dans un camps par les Allemands.

Cette indication correspondait au camps de Torgau dans la région de la Saxe.

A coté du tampon un seul nom coiffé d’une lettre qui semble être un F.

Immédiatement je me rends sur un site où est listé l’ensemble des prisonniers Français de la 2ème guerre mondiale.

J’y trouve rapidement plusieurs personnes qui correspondent au patronyme de Héry mais un seul possède un prénom commençant par F.

François Héry né le 25 janvier 1917 à Saint Quay Portrieux, capitaine au 46 régiment d’infanterie.

J’examine maintenant le contenu des cahiers et je m’aperçois que l’auteur est certainement un prêtre ou pour le moins quelqu’un qui veut le devenir. Les textes sont essentiellement une étude sur la religion catholique. Poursuivant ma lecture j’en déduis également que mon militaire est organiste ( il joue de l’orgue ).

Je suis donc en possession d’un nom avec un prénom, d’une personne peut être religieuse, et jouant de l’orgue.

Je m’aperçois également que mon militaire y parle du clergé de Saint Brieuc, or cette commune est proche de Saint Quay.

L’enquête se poursuit sur internet et la chance me sourit, François Héry n’est point un anonyme.

Un article publié dans un magazine de la mairie de Saint Quay Portrieux lui est consacré, pas de doute le militaire qui a écrit ces cahiers est bien l’ancien maire de cette petite ville à qui on rend hommage.

Je vous livre une partie de l’article

François Héry est né le 25 janvier 1917 à Saint-Quay-Portrieux.

Jeune homme, il se destine à devenir prêtre et entre au séminaire, une fois son baccalauréat en poche (1934). En 1939, après deux ans de service militaire, le jeune soldat est rappelé sous les drapeaux pour combattre sur le front de l’Est. Le 11 juin 1940, son unité d’infanterie est capturée par l’ennemi, « après trois jours de résistance acharnée ». « Il a ensuite fallu rejoindre la Belgique à pied ». Suivront cinq années dans un camp de prisonniers près de Torgau en Allemagne.

À la Libération, « les portes de l’armée m’étaient ouvertes ». François Héry s’engage, pour faire de la musique. Sa passion depuis toujours. Mais une grave maladie l’oblige à quitter l’uniforme militaire pour revêtir la blouse de professeur à la Stella-Maris de Saint-Quay-Portrieux. « J’enseignais la littérature et l’histoire aux élèves de la section navale qui se destinaient à la marine marchande ou la Royale » racontait M. Héry lors d’un entretien, un an avant sa disparition. Il fut également durant de nombreuses années, organiste à l’église.

 

42 ans en tant qu’élu de la commune

En 1953, François Héry entre pour la première fois au conseil municipal et siège dans l’opposition. Suite à l’élection de Robert Richet en 1965, il demeure conseiller municipal, dans la majorité, avant de devenir 1er adjoint en 1971.

À la suite du décès brutal de Robert Richet en 1977, François Héry est élu premier magistrat de la commune. « Ce fut une surprise car je n’étais pas candidat, et une peine, celle d’avoir perdu un ami » avait-il alors déclaré. Il sera réélu 2 fois et demeurera Maire jusqu’en 1995.

Ancien combattant, prisonnier de guerre, médaillé militaire, il reçoit  la légion d’honneur le 8 mai 1981 des mains du président de la République, monsieur François Mitterrand. Pour son action et son dévouement au service de la commune, M. Héry s’est également vu conférer le titre de « Maire honoraire » par arrêté préfectoral en date du 30 juin 1995. 

 

Durant ses trois mandats successifs, ce bâtisseur a mené à bien des réalisations d’importance :

  • La construction de l’EHPAD maison Jeanne d’Arc, en 1995
  • Le rond-point de la France libre en 1994
  • La construction du Collège Camille Claudel en 1992 et l’école les Embruns en 1994
  • la réfection de la chapelle de Kertugal
  • La reconstruction du lycée La Closerie, inauguré le 17 octobre 1988
  • La construction de l’Office de tourisme en 1983

Avec l’appui du Conseil général, François Héry, homme de combat et lutteur opiniâtre,  met plus de dix ans pour voir éclore le projet du nouveau port en eau profonde, inauguré le 12 juillet 1990. Sa satisfaction est grande de voir un outil exemplaire pour l’amélioration de vie des pêcheurs et des plaisanciers. Dans son discours, il citera André Malraux : « Il n’y a pas cinquante manières de combattre : il n’y en a qu’une, c’est d’être vainqueur ».

Lors de l’inauguration du Port d’Armor, le 12 juillet 1990, en présence notamment de son parrain : Éric Tabarly.

François Héry s’est éteint le 26 octobre 2012 à l’âge de 95 ans.

En cette année 2017, il est juste de rendre un hommage simple mais solennel à cet homme d’action et de conviction. Une personnalité marquante de l’histoire de la Ville qui a contribué à transformer durablement le visage de Saint-Quay-Portrieux.

 

Organiste et compositeur reconnu à la Schola Cantorum de Paris, François Héry nous a laissé des œuvres musicales et un certain nombre de chœurs qui seront interprétés le dimanche 19 novembre 2017 en l’église paroissiale, par les Kanerien ar Goëlo.

Voila pour cette histoire peu banale, il me restait à prendre contact avec sa famille, car je ne pouvait en toute conscience garder de tels documents même si je les avais achetés un certain prix.

J’ai donc pris contact avec le fils de Monsieur Héry adjoint au maire qui est tout heureux d’une telle trouvaille et qui sera comblé par cette restitution que j’estime légitime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s