ODE A UN VIEILLARD

 

Autrefois fier soldat combattant les allemands

Maintenant maigre et tremblant

Dans ce long couloir triste il avance péniblement

 

Autrefois musclé et svelte, il enlaçait maman en plaisantant

Maintenant nu sous sa chemise hospitalière le regard errant

Dans ce long couloir triste il progresse titubant

 

Autrefois ouvrier fier et compétent

Maintenant fesses plates, jambes grêles , couche tombante

Dans ce long couloir triste il marche doucement

 

Autrefois nous enlaçant d’un amour permanent

Maintenant poussant son déambulant

Dans ce long couloir triste il peine en râlant

 

Autrefois œil vif et pétillant

Maintenant regard perdu et esprit divagant

Dans ce long couloir triste il chemine tristement

 

Autrefois et maintenant se mélangeant

Papa prend donc ton temps dans ce long couloir cheminant

Qu’il est triste de voir pleurer ses parents

5 réflexions au sujet de « ODE A UN VIEILLARD »

  1. Que d’émotion. Merci. Ce corps vieilli et dépendant renferme cependant l’étincelle de vie qu’il a partagé avec tous ceux qu’il a aimés; rien n’enlève cela, même disparu cette étincelle continue a réchauffer ceux qui l’ont partagée.

  2. Hélas c’est souvent le sort de nos parents et certainement le notre. J’ai vu et accompagné mes deux parents dans leurs vieillesses et leurs maladies et leurs décès, que c’était dur, jamais je ne m’en remettrait, que je suis contente de lire votre ode à la vieillesse, tellement peu de gens en parle, alors que moi j’aurai besoin d’en parler. Mon papa était pompiers de Paris, quel désespoir de la voir si diminuer !!! Ma maman était la joie de vivre et très forte physiquement et psychologiquement, grand désespoir de la voir si diminuer et si mal traiter parfois !!!! Merci pour votre poème, il est réconfortant de voir que des personnes sont autant touché que moi !!!!

  3. La fin de vie en milieu « hospitalier » est dégradante!
    merci de faire toucher du doigt ce manque d’humanité des ces grands appareils qui soignent,guérissent, mais ne reflètent pas une image sereine de ceux pour qui la vie se termine.

  4. Ping : ODE A UN DÉPART | Arbre de vie

  5. Qu’il est dur de voir partir ceux qui nous ont mis au monde ,élevés et aidés à faire notre entrée dans la vie ,en tant qu’aide soignante ,j’étais confrontée à la mort d’un service à l’autre en fonction des pathologies On entoure les familles le mieux que l’on peut mais quand il s’agit des siens ,c’est dur ,on est démuni ,on perd notre savoir ,on est plus que la fille de monsieur ou de madame .Quand le grand moment arrive que se soit à l’hôpital ou à domicile ,la peine ,et le vide sont là ,pleins de petits mots restent graver à jamais

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s