CHOLERA MORBUS, Épisode 1, l’épidémie se déclare à Saint Sauveur d’Aunis

 

CHOLERA MORBUS

Marguerite Dauvert en ce 21 mai 1849 rentre tranquillement chez elle, malgré l’heure avancée la chaleur est exceptionnellement chaude en ce printemps.

Elle sue abondamment et le fagot de bois qu’elle ramène pour son foyer lui pèse sur l’épaule. C’est qu’elle n’est plus toute jeune la veuve Petit, bientôt soixante quinze ans. Le souvenir de son défunt mari s’estompe dans les brumes du temps.

En fait elle n’habite pas chez elle mais plutôt chez son gendre François Bourru et sa fille Anne, elle aurait préféré demeurer seule mais nécessité fait loi. A son age elle n’est plus qu’un fardeau économique et elle serait bien en peine de faire face à une vie indépendante.

Tout de même son chargement lui pèse énormément et elle doit faire une pause ce qui n’est pas du tout coutumier de sa part.

Au niveau du pont presque au milieu du bourg elle fait donc une pause et en profite pour héler sa voisine Françoise Jaroussin qui entre deux hauts murs patauge dans les eaux stagnantes de la Charre le petit ruisseau qui bientôt à n’en pas douter sera à sec. Comme à son habitude elle rouit du chanvre qu’elle revendra à Napoléon Morin le tisserand. L’odeur qui émane des eaux fétides couleur d’étain donne presque la nausée à Marguerite, c’est bizarre elle y est pourtant habituée.

Les deux femmes s’échangent quelques banalités et Marguerite doit reprendre son chemin , elle a maintenant très mal au ventre, une douleur fulgurante de boyaux noués, elle ne va quand même pas se chier dessus, elle se presse, plus rien ne va. Tant bien que mal elle traverse le village, passe devant le cimetière et l’église, encore un carrefour , une ruelle, enfin chez elle. Elle balance son bois et enfin remonte jupon, cela n’en fini pas elle se vide, la tête lui tourne.

A la maison, elle est seule, tout le monde travaille, elle est la première a être rentrée. Prise d’une envie irrépressible de se coucher elle tente de résister. Maintenant elle a soif, elle ne tient plus debout, mais doit aller au puits sortir un seau d’eau.

Péniblement elle remonte le long des pierres humides son contenant. Jamais même au cour de ses maternités elle n’a été épuisée comme cela, une vraie loque. Elle s’abreuve abondamment, mais à peine sur le seuil elle rejette tout, sa langue est pateuse, elle reboit, mais chaque fois c’est la même chose.

Elle se résout à s’allonger et c’est dans son lit que sa fille et son gendre la trouvent. Il règne dans la pièce une odeur douceâtre mais prégnante, difficile de définir la raison de cette pestilence. Il appelle la mère, mais la Marguerite dans son lit ne bouge pas. Le couple se précipite, la vieille git dans ses excréments à moitié inconsciente. C’est à vomir, elle sort de sa torpeur et explique. Anne fait sortir son mari et lui demande d’aller chercher le docteur Junin pendant qu’elle va enlever les souillures de sa mère.

Le docteur arrive peu de temps après, devant la description des symptômes il s’est précipité au foyer de François Bourru.

Ce qu’il voit n’est pas pour le rassurer. Marguerite est déjà mourante et le docteur en connait la cause.

Alerté par ces collègues de La Rochelle et bien sur lisant la presse nationale il sait que depuis mars 1849 introduit par le port de Dunkerque se propage à une vitesse foudroyante le Choléra.

Paris compte déjà des milliers de morts, et la capitale de l’Aunis qui malgré sa tentative de cacher l’épidémie a aussi de nombreux décès à déplorer.

Redoutant le pire il s’en va prévenir son collègue Jean Baptiste Potet et de concert les deux praticiens s’en vont avertir le maire Louis Raimon.

A ce stade les praticiens pouvaient toujours espérer que la mort de Marguerite soit un cas isolé, mais cette dernière à peine froide le docteur Junin malheureusement est appelé chez une de ses voisines.

C’est la mère Jaroussin veuve Bourdin qui ne sent pas très bien, ses entrailles ont cédé et c’est un vrai fleuve, depuis elle est pantelante dans son lit refusant d’absorber quoi que ce fut, le docteur pèse la situation elle est gravissime.

Le 26 juin elle meurt en d’atroces souffrances mais est absoute de ses péchés par le père Léon Fraigneau qui est venu lui administrer l’extrême onction.

Il faut enterrer la morte au plus vite car la chaleur fait rapidement son effet et la puanteur gagnerait vite le quartier, dotant que sa fille, la Véronique elle aussi veuve et vivant avec sa mère n’est pas au mieux de sa forme.

Incapable de se lever elle fait constamment sous elle, alors entre la morte et la diarrhéique le pauvre Jean, fils et frère ne sait plus où donner de la tête.

Heureusement Napoléon Morin et sa femme vienne l’assister. Le docteur qui évidemment à d’autres patients vient de temps à autres.

Jean enterre sa mère le 28 mai à son retour du cimetière sa sœur est morte.

Mais ce que redoutaient les médecins arrive, la situation semble s’emballer, Junin et Potet multiplient les visites. Ils sont désemparés, car la plus part du temps lorsqu’ils arrivent la déshydratation est fortement installée et les patients déjà en péril de mort.

Le 3 juin ils sont au chevet d’Étienne Petit et de sa femme Magdeleine, c’est inquiétant ils tiennent la cabaret au centre du bourg, ils ont pu contaminer les trois quarts du village.

Marie Rolland âgée de 56 ans est à la dernière extrémité et déjà le curé se hâte.

Être au chevet n’est pas guérir et le patron du cabaret décède, sa femme ne le saura jamais car elle agonise dans le même lit que son mari. Respect oblige on la déménage du lit du mort avant qu’elle ne meurt à son tour. Jean Étienne n’aura qu’un double enterrement à préparer. Le bon curé qui n’est pas là que pour le spirituel s’active et aide comme il peut. La mort se concentre dans la même rue mais va surement s’étendre, Marie Rolland 56 ans décède, c’est encore une voisine au Napoléon Morin, pour un peu on aurait l’impression que c’est lui qui refile la mort à tout le monde.

2 réflexions au sujet de « CHOLERA MORBUS, Épisode 1, l’épidémie se déclare à Saint Sauveur d’Aunis »

  1. Ping : LE CHOLERA MORBUS, Épisode 2, l’épidémie se propage rapidement | Arbre de vie

  2. Ping : LE CHOLERA MORBUS, Épisode 3, la phase aiguë de l’épidémie | Arbre de vie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s